Naples - Le pouvoir du Cornicello rouge

"Être superstitieux est stupide - mais ne pas l'être porte malheur".

Acteur & réalisateur Eduardo de Filippo (*1900 †1984)

On dirait un piment rouge. En fait, le porte-bonheur traditionnel de Naples, le Cornicello une corne. Cela doit détourner le "mauvais œil". Pour être efficace, le porte-bonheur doit être rigide, creux, tordu et pointu, dit-on.

Important : il faut que le Cornicello ou Curniciello (comme on dit correctement en napolitain) sur recevoir en cadeau...

porte-bonheur naples
Le pouvoir du croissant rouge
Photo : Edimur/Getty Images via canva.com

L'écrivain Matilde Serão (*1858 †1927) définit le croissant comme la "maladie incurable des Napolitains" : avant de quitter la maison, on se frotte au Cornicello à Naples, avant un premier rendez-vous, une visite importante chez le médecin et des rendez-vous d'affaires importants de toute façon.

Les commerçants l'ont accroché dans leurs magasins, d'autres sur leur rétroviseur dans leur voiture. Mais peu d'entre eux confirment publiquement qu'ils croient en la force de leur Curniciello (napolitain) Crois-moi. 

Corniche rouge
Curnicielli à un stand de rue à Naples
Photo : onairda/Getty Images via canva

Le "mauvais œil" est une superstition qui existe depuis plus de 3000 ans : on dit qu'une autre personne (avec des compétences appropriées) ne peut te faire du mal qu'en te regardant. À Naples, la personne qui porte le mauvais œil est appelée le "mauvais". Jettatore On l'appelle le "monde". (C'est d'ailleurs pour cette raison que Volkswagen a appelé son modèle "Jetta" "Golf" en Italie).

Jusqu'à aujourd'hui, la réputation d'être un Jettatore être, détruire des carrières. Le chanteur de charme Marco Masini (57 ans, vainqueur de Sanremo en 2004), qui chante le plus souvent des chansons mélancoliques et tristes, est au début parfois considéré comme "amusant". Jettatore Le nom de l'entreprise. La "plaisanterie" devient indépendante, dégénère si gravement que Masini se retire de la vie publique pendant une bonne année.

Pourtant, être un "Jettatore" Autrefois, c'était même une sorte de modèle commercial à Naples : un " porteur du mauvais œil " professionnel se promène dans le magasin avec une expression inquiétante et se place devant la vitrine jusqu'à ce qu'il reçoive un " don ".

La corne comme signe de force

L'histoire du Cornicello rouge de Naples commence effectivement il y a un peu plus de 4000 ans. À cette époque, l'homme passe du statut de chasseur-cueilleur à celui de berger et d'agriculteur. Au néolithique, une corne (d'animal) est considérée comme un signe de force physique. 

Aperçu naples
La ville de rêve pleine de tempérament au sud
Photo : Frank Peters/Getty Images via canva.com

2000 ans plus tard, les Romains se focalisent sur une certaine ressemblance avec le pénis du Cornicello. Ils attribuent à ce symbole, en plus de la force, la virilité et la fertilité. La prospérité est quasi automatique pour le porteur. 

Hype au Moyen-Âge

Au Moyen-Âge, le Cornicello de Naples a connu son premier engouement. Les gens sont superstitieux, ils aiment les amulettes et ce genre de choses. O curnicello est particulièrement apprécié - force, fertilité, virilité et prospérité. Que demander de plus ? 

Les artisans napolitains commencent à fabriquer la corne en corail. On dit que le corail a des pouvoirs spéciaux : selon la croyance populaire, un corail peut même protéger contre le mauvais œil d'une femme enceinte - et il est particulièrement puissant. Le corail est aussi rouge - un signe de sang et de feu, des symboles de pouvoir et de vie. 

Depuis, le succès est pour ainsi dire ininterrompu. O Curniciello laisse entrevoir l'âme napolitaine en profondeur. Un peu de religion, un peu de croyance populaire - pas de contradiction et incroyablement fascinant...

Dernières histoires d'Italie


écrit par Pietro Perroni, publié pour la première fois le 7 juillet 2022

Couverture / Montage - Photo : onairda/Getty Images via canva

Commentaires

fr_FR